« Les défis de l’estampe contemporaine : un challenge pour les artistes, un accès pour tous à la création »

Invitée à la conférence au Palais des Congrès de Strasbourg ce jeudi 26 septembre comme Le petit jaunais, je choisi d’intervenir dans l’activation d’un avatar : le reuse.

Le reuse,
en français, un masculin féminin.
Reuz, terme breton (avec la phonétique française), feu d’artifice, bazar, bruit, tapage
En anglais, re-use. Un(e) r(e)use franglais.

Où l’on considère que l’estampe, les multiples s’expriment et se répandent par leurs nombres, leurs régénérations possibles est un nouveau destin ;
ici, la chaire de reuses.
Le reuse est une sculpture à activer (marionnette), machine amoureuse, exposition totémique, volume d’ectoplasmes pour une improbable monographie : Nancy Sulmont-A. heureuse
Certains reuses, peuvent atteindre 3 mètres de hauteur, les petits reuses se concentrent dans 20 à 30 cm.

Penser la production et la création, son usage, sa perception dans la durée.
Il renouvelle la collaboration.

Le reuse en partance.

Publié par nancysulmonta

artiste en édition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :